Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 12:16

La loi récemment votée réprime la négation des génocides dont le génocide arménien. La Turquie proteste et la communauté turque installée en France manifeste. Petite chose amusante: il est interdit en Turquie d'affirmer l'existence de ce génocide. Et pourtant la communauté française de Turquie ne manifeste pas à Ankara.

C'était juste pour dire.

Sarko qui n'en loupe pas une a affirmé qu'il faut "respecter les convictions de chacun". Et voilà un génocide devenu une conviction et non un fait!

Et ce que refuse la Turquie, ce n'est pas tant la chose que le mot et la culpabilité qui y est attachée. Elle ne protesterait pas si on lui disait: "Vous avez fait mourir cinq cent mille Arméniens? Ce n'était pas un génocide mais une opération de maintien de l'ordre, donc vous avez eu raison".

Cet immixion d'un pays étranger dans le travail législatif d'un autre pays m'agace prodigieusement même si le vote a été acquis à la majorité d'une Assemblée comptant, comme nous le fait remarquer Corto, à peine cinquante députés présents.

Il n'empêche -et je l'ai déjà dit- que je suis contre ces lois mémorielles qu'on peut soupçonner d'être votées pour des raisons électoralistes ou pour jouer sans frais sur une corde sensible: les bons sentiments, ça ne mange pas de pain.

Nombre de ceux qui, comme moi, y sont opposés avancent l'argument selon lequel ce n'est pas à la loi d'écrire l'Histoire.

Certes.

Mais cela va plus loin. L'article ci-dessous donne un autre exemple de police de la pensée.

Une fois la brèche ouverte, quel autre domaine fera l'objet d'une loi?

Peut-on s'attendre à voir réprimer tout propos qu'une religion qualifierait de "blasphème"?

Ou que soit punie par la loi toute personne affirmant que six foit neuf font cinquante-deux?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nettoue 28/12/2011 12:45

Jettes un oeil sur ta boite mail, où cas où ... C'est trop compliqué à traiter pour moi en ce moment, alors, tu fais comme tu veux président !
Bisous

Pangloss 28/12/2011 13:15



Je suis allé voir. Ils sont vraiment pourris!



Pascale 25/12/2011 10:26

Joyeux Noël Président !
Pauline, Thomas se joignent à moi pour vous embrasser sur vos deux joues.

Pangloss 25/12/2011 12:11



Trois pour deux joues? Arrangez-vous entre vous!


Ou alors, que Pauline m'embrasse deux fois. (on peut rêver, non?)


Bonne journée de Noël à tous!



nettoue 25/12/2011 09:48

Bonne journée à Pastille, Bragance, le minou, je ne sais pas son nom ?
Merci, Pangloss, Scarlett et moi vous embrassons toi et ta petite famille de poilus
Nettoue

Pangloss 25/12/2011 10:22



Bonne journée à toi aussi!


Et reste au chaud!



Antonio 24/12/2011 22:10

Salut Pangloss
pb de connexion oblige juste un mot pour te souhaiter de belles fêtes et autant de bonheur qu'il est possible de supporter humainement.
Amicalement
Antonio

Pangloss 25/12/2011 10:23



A toi aussi! la nature humaine aurait-elle des limites même pour le bonheur? Repousse ces limites!



NOURATIN 24/12/2011 19:56

Bravo, Pangloss, tu as raison, ils commencent vraiment à
nous emmerder.
Vive Toi et Joyeux Noël.

Pangloss 24/12/2011 20:43



Merci! Et Joyeux Noêl!



Présentation

  • : Le Huron, Pangloss et compagnie
  • Le Huron, Pangloss et compagnie
  • : Les nouvelles qu'on nous donne, ce qu'on peut en faire et en penser sans laisser passer une occasion de ricaner. Et la vie quotidienne, ses hauts et ses bas. Pas vraiment politiquement correct et rarement consensuel.
  • Contact

Regardons les choses en face:

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.
Ceux qui ont leurs deux yeux sont regardés de travers.

Prudence!

"Si tu risques
de croiser quelqu'un
qui veut faire ton bonheur,
change de trottoir!"
(Henri Jeanson)

Métaphore maritime

Certes, nous sommes embarqués sur le Titanic mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter: en cas de problème on nous transfèrera sur le radeau de la Méduse.

Si vous aimez ça

Copyright? Bof! Si ce que j'écris vous plaît, vous pouvez le recopier. Si vous êtes gentils, vous pourrez dire que j'en suis l'auteur. Sinon, je ne vous ferai pas un procès.