Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 20:01

gicquel

Vous pouvez me dire à quoi peut bien servir que Ségolène Royal se paie un petit voyage en Corse pour regarder passer au large de l'île l'épave du Costa Concordia? Et combien coûte cette petite plaisanterie (voyage, hébergement, pressing de l'uniforme du préfet et gastronomie locale)? Si le bateau perd du fuel ou d'autres produits, va-t-elle se mettre à l'eau pour colmater la fuite?

Et que Fabius se préoccupe du crash de l'avion d'Air Algérie, que le ministe de la Défense s'agite, que Pépère reçoive à l'Elysée les familles des victimes comme il a reçu celles de l'accident du minibus qui a emplafonné un camion, à quoi ça sert?

A quoi ça sert sinon à donner du gouvernement une image de gens pleins d'une compassion de commande, une compassion dictée par les communicants, une compassion à faire remonter dans les sondages? Une compassion en toc?

Ils n'ont donc rien d'autre à foutre tous ces ministres qui sont à l'affût de la moindre catastrophe, du moindre accident médiatisé pour aller parader devant caméras et micros afin d'assurer les familles des victimes de leur prétendue solidarité?

Vous me direz, c'est dans l'air du temps. De nos jours, c'est une nécessité que d'avoir la larme facile chez les crocodiles pour plaire aux journaleux manipulateurs de la plèbe.

Mais on ne me sortira pas de l'idée que c'est du temps, de l'argent et de l'énergie gaspillés.

En plus, tout ça sent l'amateurisme, l'improvisation, la pagaille.

Il serait bien plus raisonnable de désigner quelqu'un dont ce serait le boulot exclusif. Ça libérerait les ministres qui pourraient en profiter pour bosser un peu et faire le boulot pour lequel on les paie.

Quelqu'un qui pourrait courir d'un accident d'autocar à un incendie, de la noyade dans une colonie de vacances à une intoxication alimentaire dans une maison de retraite, du naufrage d'une planche à voile à la chute d'une cordée dans le massif du Mont Blanc, d'une marche blanche à un enterrement.

Un type qu'on pourrait choisir pour sa capacité à émettre des trémolos pendant ses discours, à retenir difficilement ses larmes, à serrer des mains prolétaires sans répugnance, à embrasser des grand-mères endimanchées, à consoler des veuves et à tapoler les têtes des orphelins.

Un type du genre du regretté René Gicquel, celui dont Coluche avait dit: "Chaque fois qu'un avion s'écrase, c'est sur les pompes à Gicquel".

Un ministre de la Compassion.

Assisté, puisqu'on y est, d'un secrétaire d'Etat à la Repentance.

PS de ce samedi 26/07: Et ça continue! Un CRS intervenant sur un accident a été tué ce matin sur l'autoroute A6 à hauteur de Courcouronnes, dans l'Essonne. Bernard Cazeneuve, s'est rendu samedi matin sur les lieux afin "d'apporter son soutien" aux policiers.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pangloss - dans Huronique
commenter cet article

commentaires

NOURATIN 27/07/2014 17:27

Bonne idée, en effet, ça pourrait constituer une bonne gâche pour un petit copain en mal de sinécure dorée...cependant, je ne suis pas certain que les choses iraient mieux si les ministres
bossaient...
Amitiés.

Pangloss 27/07/2014 18:59



Une objection pleine de bon sens.


Bonne soirée.



Catoneo 27/07/2014 08:51

Il suffit d'un accident au bord de l'autoroute pour créer l'embouteillage. Le manant ralentit pour "voir le mort". T'as vu, mémé, i bouge plus !
La Brigade de compassion doit être doublée sans délai d'une Brigade de croquemorts.

Pangloss 27/07/2014 09:26



Croquemorts de terrain et charognards de palais.



Al West 26/07/2014 18:12

Peut-on au moins espérer que quand ils compatissent, ils ne font pas de connerie ailleurs ?

Pangloss 26/07/2014 19:23



Au moins, pendant ce temps-là, ils ne sont pas au bistrot en train de boire l'argent du ménage.



Didier Goux 26/07/2014 17:29

Je ne voudrais pas défendre ma boutique, mais il me semble que les journalistes ne sont pas les premiers responsables de cet état de choses : si leurs lecteurs n'en avaient rien à faire des crashes
d'avion ou des coulages de bateaux, les journalistes auraient tôt fait de n'en plus parler. Enfin, je crois…

Pangloss 26/07/2014 19:21



Il y a, dans une bonne partie du public, une fascination pour les catastrophes à condition qu'elles arrivent aux autres. C'est un marché non négligeable. Les lecteurs demandent, les journaux
doivent paraître, les journalistes doivent fournir et sont quelquefois (souvent?) bien obligés de gonfler l'importance de l'événement en impliquant le lecteur ("la Creuse sous le choc"
ai-je lu dans le JDD à propos du dernier crash) et le public à qui on intime l'ordre d'être "sous le choc", est tellement concerné que Pépère et ses ministres doivent suivre le mouvement sous
peine de paraître insensibles.Une fois la pompe amorcée, le système fonctionne tout seul. Et tout le monde est content. Ou presque.


 



josette 26/07/2014 13:49

plus facile de pleurnicher devant les crash d'avion que de dire pourquoi on connait le site du crash des heures après que des zazous l'aient montré sur internet grace a leur telephone portable
...
vale

Pangloss 26/07/2014 14:20



Les Pieds Nickelés auraient fait mieux.


Vale!



Présentation

  • : Le Huron, Pangloss et compagnie
  • Le Huron, Pangloss et compagnie
  • : Les nouvelles qu'on nous donne, ce qu'on peut en faire et en penser sans laisser passer une occasion de ricaner. Et la vie quotidienne, ses hauts et ses bas. Pas vraiment politiquement correct et rarement consensuel.
  • Contact

Regardons les choses en face:

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.
Ceux qui ont leurs deux yeux sont regardés de travers.

Prudence!

"Si tu risques
de croiser quelqu'un
qui veut faire ton bonheur,
change de trottoir!"
(Henri Jeanson)

Métaphore maritime

Certes, nous sommes embarqués sur le Titanic mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter: en cas de problème on nous transfèrera sur le radeau de la Méduse.

Si vous aimez ça

Copyright? Bof! Si ce que j'écris vous plaît, vous pouvez le recopier. Si vous êtes gentils, vous pourrez dire que j'en suis l'auteur. Sinon, je ne vous ferai pas un procès.