Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 11:23

Après avoir prêté serment de dire "la vérité, toute la vérité, rien que la vérité", avoir levé la main droite et dit: "Je le jure", Cahuzac a passé le reste de son audition devant ses ex-collègues députés à broder autour du thème "Cause à mon cul, ma tête est malade" ou "je réponds si je veux et je vous emmerde", comme l'a résumé le député écologiste Sergio Coronado.

Demander à un menteur de dire la vérité serait une preuve de naïveté si cette demande n'émanait pas de menteurs professionnels, habitués des promesses électorales qui n'engagent que ceux qui les entendent.

Et Cahuzac n'a rien dit. Ni sur son compte hevético-singapourien, ni sur l'existence possible ou probable d'autres comptes dans d'autres paradis fiscaux. Comme on l'a dit au cours du procès Dreyfus "La question ne sera pas posée".

Les barbichettes ont été fermement tenues tout au long de de cette comédie et personne n'a ri.

Il faut dire que la commission était constituée de gens qui venaient de voter cette extraordinaire loi sur la transparence qui, ajoutant une couche d'opacité sur leur patrimoine, les mettait aussi à l'abri de la curiosité de leurs électeurs et surtout leur épargnait le soin de mentir publiquement, leur mensonge éventuel étant uniquement destiné aux membres de la commission qui devrait vérifier la véracité de leurs déclarations. Et de quoi est-elle composée cette commission? Je vous laisse imaginer.

Pendant ce temps, DSK planchait sur la fraude fiscale et le rôle que jouent les banques en ce domaine. Il en connaît certainement un rayon, le bougre. Personne n'a cependant songé à lui demander s'il croyait vraiment que les partouzes qu'on organisait à grand frais pour lui, lui étaient offertes pour ses beaux yeux et qu'il n'avait pas le moindre soupçon sur les demandes de faveurs que pourraient lui faire ceux qui investissaient (et certainement pas à fonds perdus) sur le probable futur président de la République.

Un qui devrait avoir lui aussi des soucis patrimoniaux et fiscaux, c'est Claude Guéant qui se mettait dans la poche les primes et les remboursements de frais destinés à être utilisés par les policiers de base pour les récompenser de leurs exploits ou pour leur permettre de payer leurs indics. Où a-t-il donc pu bien cacher ces milliers d'euros mensuels nets d'impôts sans éveiller la suspicion de son percepteur? Une question qu'on peut se poser quand on sait que les services fiscaux sont censés comparer les revenus déclarés au train de vie affiché? Ses exploits dans la vente de tableaux à des gogos asiatiques, s'ils sont avérés, ne constituent pas un certificat d'honnêteté malgré sa gueule d'ex-séminariste.

Et si on parlait de Tapie? Non pas tant du montage qui a abouti à l'arbitrage, non pas de la somme qu'il a reçue en dédommagement d'une perte qu'il n'a jamais subie, n'ayant au départ pas sorti un sou de sa poche pour acheter Adidas, ni même du montant colossal du dédommagement qu'on lui a versé pour compenser son "préjudice moral", mais tout simplement de cette question que tout ceux dont c'est le métier d'en poser évitent avec une application qui leur vaudra sans doute la reconnaissance éternelle de leurs supérieurs hiérarchiques: "Qu'a donc pu faire Tapie pour être ainsi protégé depuis si longtemps par les plus hautes autorités de l'Etat depuis Mitterrand et Bérégovoy jusqu'à Sarkozy et Lagarde? Quels services discrets a-t-il rendus, de quels moyens de pression disposait-il?".

Mais que tout le monde se rassure. Dans toute ces affaires, la vérité éclatera un jour (ou pas) mais certainement pas dans un proche avenir si on en juge par les aveux  tardifs que Ziad Takieddine a faits au juge d'instruction. On apprend enfin (tout vient à point ...) que Balladur a fait financer une partie de sa campagne de 1995 par des retro-commissions sur des ventes d'armes. Une campagne orchestrée par deux Nicolas: Bazire et ... Sarkozy.

1995, soit il y a dix-huit ans. Ce qui laisse rêveur sur la tranquillité dont peuvent encore espérer jouir toutes les personnes citées dans cet article et a fortiori toutes celles qui n'ont pas encore attiré l'attention des médias et qui briguent de battre en France le record détenu en Italie par Berlusconi.

Enfin une info qui n'a rien à voir: les Femen qui ont été cravatées en Tunisie pour avoir montré leurs seins ont été libérées après quelques jours de prison et surtout après s'être excusées et avoir promis de na pas recommencer. Elles ne pensaient pas, ont-elles dit, que leur action choquerait autant les musulmans.

En France, celles qui ont fait la même chose à l'intérieur de Notre-Dame de Paris et qui ont certainement choqué beaucoup de chrétiens, sont reparties tout de suite après et, bien sûr, sans s'être excusées. Voilà.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fanfanchatblanc 28/06/2013 15:11

Essaye de passer par ton blog eklablog.. zaza arrive très bien à commenter chez moi... en tout cas merci de tes visites ça fait plaisir

Pangloss 28/06/2013 16:34



Mon blog ekla est "not found" quand je veux y accéder. J'ai demander des explications mais j'ai eu une réponse "robot" me demandant pourquoi je n'y écrivais plus.



fanfanchatblanc 28/06/2013 11:50

Rien à ajouter.. tu as fait le tour des vérités politiques du moment..

Pangloss 28/06/2013 14:36



Je crains bien qu'il n'y en ait d'autres et qu'il y ait bien d'autres Pinochio dans la caste politique.


PS: Je ne peux toujours pas commenter ches toi



geo. 27/06/2013 17:58

bah!! que ne faut il pas faire pour détourner l'attention du peuple....
on voudrait voir la lune mais on ne nous montre que le doigt....
hé oui!!

Pangloss 27/06/2013 19:43



Et encore! Pas tout le doigt (sauf bien sûr un doigt d'honneur).


 



NOURATIN 27/06/2013 17:47

La République, c'est quand même une belle invention, on voyait pas tout ça au temps des Rois!
Les Femen s'en sortent bien, malgré tout, je me demande combien ça nous a coûté, cette clémence tunisienne...
Amitiés.

Pangloss 27/06/2013 19:42



La République vire à la monarchie: on a déjà la cour du roi Pétaud.


Amicalement.



nettoue 27/06/2013 13:01

Lorsque l'on est un menteur, prétendre dire la vérité à d'autres menteurs tout aussi doués et une nouvelle étape dans le nouveau défi "La palme au plus saguoin"

Sans ses "pulsions incontrôlables, DSK, représentait le meilleur président du moment, meilleur que Hollande (mais ça est un jeu d'enfant,), avec malgré tout des mains plus sales !

Guéant, à tout d'un onctueux prélat tel Sacha Guitry, dans "Le diable boiteux", l'enfer lui vient en aide !

Tapie, Ah ! Il va s'en sortir, il s'en sort toujours, la "Belle au Bois Dormant", lui a prêté toutes ses fées, hormis la Carabosse, à sa naissance. Se demander le pourquoi, du comment de Tapie
c'est attraper des migraines et n'obtenir jamais de réponse : C'est gravir l'Everest pour apporter des caramels au Yéti, traverser le "Loch Ness", à cheval sur Nessie, c'est... tiens... croire que
Hollande va se transformer en De Gaulle, c'est dire !


Suite à ton com, l'on voit aussi des gens attendre la fin des marchés pour pouvoir ramasser les feuilles de chou !
Bonne journée l'ami

Pangloss 27/06/2013 13:32



Tous pourris? Non! Il ya las pourris et ceux qui ne veulent pas dénoncer leurs collègues.


Salut!



Présentation

  • : Le Huron, Pangloss et compagnie
  • Le Huron, Pangloss et compagnie
  • : Les nouvelles qu'on nous donne, ce qu'on peut en faire et en penser sans laisser passer une occasion de ricaner. Et la vie quotidienne, ses hauts et ses bas. Pas vraiment politiquement correct et rarement consensuel.
  • Contact

Regardons les choses en face:

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.
Ceux qui ont leurs deux yeux sont regardés de travers.

Prudence!

"Si tu risques
de croiser quelqu'un
qui veut faire ton bonheur,
change de trottoir!"
(Henri Jeanson)

Métaphore maritime

Certes, nous sommes embarqués sur le Titanic mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter: en cas de problème on nous transfèrera sur le radeau de la Méduse.

Si vous aimez ça

Copyright? Bof! Si ce que j'écris vous plaît, vous pouvez le recopier. Si vous êtes gentils, vous pourrez dire que j'en suis l'auteur. Sinon, je ne vous ferai pas un procès.