Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 16:40

Aujourd'hui, je suis allé déjeuner dans un restaurant au bord d'une autoroute.
Il y avait dans la salle deux Roms accompagnés d'un gosse d'une dizaine d'années. Ils ont transformé leur table en dépotoir: frites et serviettes en papier maculées de ketchup et de moutarde dans la corbeille à pain, verres pris sur les tables voisines etc, pendant que le gosse allait ramasser sur les tables les serviettes et les nappes que la serveuse venait d'installer etc. Le tout avec un air goguenard en direction de la serveuse et des autres clients.

C'est alors qu'un type qui avait l'air dêtre le grand frère de David Douillet est arrivé de la cuisine, s'est dirigé vers leur table, a posé ses deux poings dessus et a dit: "C'est pas bientôt fini?".

Ça a été fini.

Mais il a eu du bol, le type. Il aurait pu se faire traiter de raciste.

*******

On parle beaucoup de la lettre aux recteurs de Vincent Peillon qui, après avoir précisé que "l'engagement de [son] ministère dans l'éducation à l'égalité et au respect de la personne est essentiel et prend aujourd'hui un relief particulier" (SIC) leur recommande de veiller à la "neutralité" du débat "légitime" patin, couffin  et toutes cette sorte de chose.

Mais nom de Dieu! Si des gens mettent leurs enfants dans une boîte pieuse, c'est bien pour qu'on leur parle de religion, de ses dogmes, des ses impératifs et de ses interdts.

Ces établissement sont "sous contrat"? Et alors? Leur contrat leur impose d'appliquer les programmes concoctés par les pédagogistes de la rue de Grenelle. Point barre. En plus, et seulement en plus, ils sont autorisés à dispenser un enseignement religieux. Lequel enseignement ne dit pas que du bien du mariage homosexuel.

Vous me direz que les gens qui mettent leurs mômes chez les curés ont aussi pour objectif de les soustraire au bordel éminemment ambiant qui règne dans certains établissements publics et à l'endoctrinement qu'y subissent leurs enfants.

Mais là n'est pas le problème.

Si? Un peu quand même?

Ah bon?

*******

Hier, il y avait chasse au gros gibier dans la forêt voisine. Une forêt domaniale où la journée de chasse n'est pas donnée. Un chien est venu s'égarer dans ma cour et s'ébattre parmi mes volailles. Bien brave, le clébard: il m'a gentiment rendu mon coq qu'il tenait dans sa gueule.

J'ai téléphoné au numéro figurant sur le collier et son propriétaire est venu le rechercher (un 4x4 monstrueux, il ne manquait plus qu'une mitrailleuse sur le plateau).

Le monsieur m'a laissé sa carte sur laquelle, en plus de ses coordonnées figure la mention suivante écrite en capitales:

"DEVISE: DU MOMENT OÙ IL Y A UN CŒUR QUI BAT, IL FAUT L'ATTRAPER"

*******

Et bonjour chez vous!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Extincteur 10/01/2013 14:14

Çà et l'engrainage en forêt, qui consiste à les nourrir en hiver pour être sur d'en avoir en saison de chasse !
N'étant pas chasseur, je ne sais pas ce qu'on utilisait autrefois, je sais simplement qu'un sanglier, c'est costaud (le voisin autrefois a vu sa R16 éclatée en heurtant un sanglier en forêt) !

Pangloss 10/01/2013 17:10



Oui, c'est costaud. J'en ai heurté un. Les réparations ont coûté bonbon.



G.Mevennais 08/01/2013 21:06

@ Extincteur
J'admets volontiers la contradiction si elle est argumentée. La chevrotine (lot de quelques plombs de 8 mm de diamètre, souvent liés ensemble par un fil métallique) était employée, avant les
balles, pour la chasse au gros. La chasse au gros gibier, par balles, est relativement récente. Je sais de quoi je parle. Par ailleurs, en ce qui concerne le sanglier, il faut savoir que dans
nombre de régions, dont la mienne, les "chasseurs" ont relaché des truies dans la nature pour augmenter le nombre de sangliers par croisement (portées plus fréquentes et plus nombreuses). A chacun
de se faire son opinion.
Amitiés. Gilles

Pangloss 09/01/2013 17:26



Le gibier d'élevage n'a pour objet que de permettre de se laisser aller au plaisr de tuer.



Dr WO 08/01/2013 19:33

J'ai vu des Roms dans une voiture jeter des bouteilles vides par la fenêtre sur le périphérique parisien. Cool.
Curieuse la devise du chasseur.
Dr WO

Pangloss 09/01/2013 17:25



Les voir jeter des bouteilles, c'est le premier pas vers la stigmatisation.


Curieuse, la devise et dans un français approximatif.



NOURATIN 08/01/2013 19:22

Tiens, les Roms qui vont au restaurant à ç't'heure, on aura tout vu!
Le mariage pour tous les invertis c'est tellement ridicule
qu'on se demande bien pourquoi on irait en causer aux enfants des écoles, catholiques ou pas.
Quant à la devise de l'enfoiré au 4/4 elle prouve bien qu'il y en a qui arrivent à être encore plus cons que les autres.
Amitiés.

Pangloss 09/01/2013 17:23



Cette histoire de mariage pour tous étaient prévisible depuis l'affaire du pacs. Souviens-toi: on nous avait présenté ça comme une avancée permettant à tous les couples de profiter des mêmes
avantages fiscaux et des mêmes dispositions en matière d'héritage. Là, on a franchi une étape: ils se marient "du moment qu'ils s'aiment". Grotesque!


Le chasseur était bien poli mais quand même, c'était un chasseur qui ne s'embarrassait pas de baration du genre "protection de la nature" et gestion de la faune sauvage". Il avait fait quelques
centaines de kilomètres pour tuer des chevreuils, point barre.


Amicalement.



La Ségaline 08/01/2013 17:45

Des malpolis et mal élevés il y en a partout, Rom ou pas: j'en connais des "bien Français moi môssieur" qui ont quelques lacunes en la matière. Pour ce qui est du débat ou pas dans les écoles
privées, je crois qu'il revient également aux profs de participer ou non, sans obéir aveuglément à leur hiérarchie, quant aux motivations qui poussent les parents à mettre leurs enfants dans ces
établissements, elles ne sont pas toujours liées à la religion. Et pour ce qui est des chasseurs malotrus, rien d'étonnant dans le comportement de celui qui tu décris: les gens qui fréquentent les
chasses privées sont sans doute nostalgiques des privilèges de l'ancienne noblesse qui les autorisait à tout saccager sur leur passage pour traquer le malheureux gibier. Manque plus que le droit de
cuissage...

Pangloss 08/01/2013 18:46



Le chasseur en question a été bien poli et a proposé de faire jouer son assurance si mon coq ne s'en sortait pas. Il semble remis. Donc, pas de problème. C'est la formulation de la "devise" qu'il
a inscrite sur sa carte de visite qui m'a surpris. Fin de l'histoire.


Droit de cuissage? Je ne suis pas celle que vous croyez!



Présentation

  • : Le Huron, Pangloss et compagnie
  • Le Huron, Pangloss et compagnie
  • : Les nouvelles qu'on nous donne, ce qu'on peut en faire et en penser sans laisser passer une occasion de ricaner. Et la vie quotidienne, ses hauts et ses bas. Pas vraiment politiquement correct et rarement consensuel.
  • Contact

Regardons les choses en face:

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.
Ceux qui ont leurs deux yeux sont regardés de travers.

Prudence!

"Si tu risques
de croiser quelqu'un
qui veut faire ton bonheur,
change de trottoir!"
(Henri Jeanson)

Métaphore maritime

Certes, nous sommes embarqués sur le Titanic mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter: en cas de problème on nous transfèrera sur le radeau de la Méduse.

Si vous aimez ça

Copyright? Bof! Si ce que j'écris vous plaît, vous pouvez le recopier. Si vous êtes gentils, vous pourrez dire que j'en suis l'auteur. Sinon, je ne vous ferai pas un procès.