Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 18:46

La "remise à plat" de la fiscalité française proclamée à la va-vite par un Ayrault en perdition ressemble trop à une manoeuvre de la dernière chance.

Il veut calmer les mécontentements en incitant les râleurs à patienter.

Mais, pour ne pas inquiéter ceux qui craignent que cette remise à plat ne débouche sur une réforme qui leur enlèverait une partie de leur fromage, Ayrault a tenu à préciser "à niveau de prélèvements obligatoires constant".

Et pour que tout soit bien clair, il invite les "partenaires sociaux" à venir donner leur avis. Et pourquoi sont-ils invités à donner leur avis? Pourquoi pas les associations sportives, les autorités religieuses, les clubs du troisième âge ou les amicales boulistes?

Ces "partenaires sociaux" de gauche par définition qui recrutent l'essentiel de leurs adhérents dans la fonction publique et les entreprises d'état ne risquent pas remettre en cause un système qui les fait vivre.

Cette "remise à plat" ressemble fortement à une promesse d'immobilisme. Comme l'a dit  Giuseppe Tomasi di Lampedusa, l'auteur du "Guépard": "Il faut que tout change pour que rien ne change".

La France est un pays qui est dans le peloton de tête à la fois pour les prélèvements obligatoires et pour le nombre de gens travaillant dans les services publics.
On devrait en déduire que les citoyens d'un tel état nagent dans le bonheur.

Or, il semble que certains pensent que ça pourrait être mieux. 

Jamais contents, ces Français!

Il était donc urgent de leur renouveler la promesse du "changement, c'est maintenant". Un maintenant qui ressemble fort à ce lendemain où on rase gratis.

Renouveler une promesse, c'est un moyen de ne pas la tenir.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

NOURATIN 28/11/2013 18:17

Mais non, ils l'a tenue sa promesse, jamais il n'a prétendu que les choses allaient changer en bien...et on l'a eu, le changement!

Pangloss 28/11/2013 19:03



Je sais même où on l'a eu.



Jacques Étienne 27/11/2013 23:42

Pauvre Prince Tomasi de Lampedusa ! Sur son île tout change...

Pangloss 28/11/2013 08:25



Cela avait déjà changé pour lui depuis quelques décennies. Dommage!



zaza 27/11/2013 21:36

Ceci est un copier-coller, ce qui n'est pas mon habitude. Deux journées difficiles avec une maman qui se cyanosait de plus en plus sur le plan cardiaque. Reprise du traitement de patch de
trinitrine pour son cœur, et pour couronner le tout, les ouvriers depuis hier qui sont en train de réaliser les travaux d'électrification et pose de volets roulants avec commandes centralisée.
Je vais reprendre mes visites à partir de demain,
Bonne soirée à toutes et tous.ZAZA.

Pangloss 28/11/2013 08:27



Ne t'inquiète pas pour nous. On t'attendra. Mon bon souvenir à ta maman.



corto74 27/11/2013 21:12

:) :) :)

Pangloss 28/11/2013 08:26







BOUTFIL 27/11/2013 20:56

trop drôle l'histoire !! merci pour le rire...

Pangloss 28/11/2013 08:26



Merci de rire de mes petites bêtises.



Présentation

  • : Le Huron, Pangloss et compagnie
  • Le Huron, Pangloss et compagnie
  • : Les nouvelles qu'on nous donne, ce qu'on peut en faire et en penser sans laisser passer une occasion de ricaner. Et la vie quotidienne, ses hauts et ses bas. Pas vraiment politiquement correct et rarement consensuel.
  • Contact

Regardons les choses en face:

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.
Ceux qui ont leurs deux yeux sont regardés de travers.

Prudence!

"Si tu risques
de croiser quelqu'un
qui veut faire ton bonheur,
change de trottoir!"
(Henri Jeanson)

Métaphore maritime

Certes, nous sommes embarqués sur le Titanic mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter: en cas de problème on nous transfèrera sur le radeau de la Méduse.

Si vous aimez ça

Copyright? Bof! Si ce que j'écris vous plaît, vous pouvez le recopier. Si vous êtes gentils, vous pourrez dire que j'en suis l'auteur. Sinon, je ne vous ferai pas un procès.