Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 10:06
Dans un précédent billet, j'ai émis l'opinion selon laquelle, la presse féminine véhiculait une idéologie totalitaire. Je précise qu'elle la véhicule, elle ne la crée pas. Elle ne fait que la formaliser non seulement en donnant à voir les modèles auxquels il faut ressembler mais aussi en proposant les moyens d'y parvenir.

Cette idéologie définit la féminité à partir d'apparences et de comportements codifiées, c'est à dire en faisant des caractères sexuels secondaires, non pas des éléments naturels de l'anatomie mais des artefacts et donc des contraintes. Rien de nouveau là-dedans. Cela est arrivé ailleurs et dans le passé: les corsets, les pieds bandés des chinoises de la haute société ou les chaussures à talons aiguille de l'époque actuelle ne sont que des exemples parmi de nombreux autres.

La nouveauté réside dans les moyens que notre société actuelle met à la disposition de la diffusion de cette idéologie et dans le fait qu'elle s'adresse à l'ensemble de la société. La presse mais aussi la télévision, le cinéma et -bien sûr- la publicité concourent à définir les normes de la féminité et à exercer une pression permanente sur celles qui regimbent quel que soit leur statut social ou leur âge (Renard, a souligné dans un commentaire du précédent article que la poupée Barbie participait de cette diffusion des normes auprès des petites filles).

Et voilà pourquoi j'ai employé le mot "totalitaire".
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
La mode fut pendant quelques mois de bronzer seins nus. Les centres anti-cancer ne désemplissent plus !
Répondre

La liste est longue!
On accuse aussi les cosmétiques au paraben.


D
Plutôt que totalitaire il faudrait peut-être parler de moyens puissants de pression ou d'influence, car la liberté reste entière de choisir, même s'il est parfois difficile d'être à contre-courant.
Dr WO
Répondre

J'ai utilisé "totalitaire" parce que cela dépasse l'apparence et s'étend à tous les domaines. La mode, bien sûr, mais aussi les idées qui vont avec et les comportements qui en découlent. Cela forme
un tout assez cohérent dont je ne trouve pas le correspondant en ce qui concerne la condition masculine.


N
Ce genre de presse s'adressant aux enfants est une hérésie totale. Les petits garçons veulent ressembler Stalone et le petites filles à Paris Hilton, se qui est le comble du mauvais gout !
(A l'heure actuelle, mes pieds ressemblent à des potagers, parce-que durant des années j'ai choisie mes chaussures avec ma tête, au lieu de le faire avec mes pieds.) Et que les messieurs ne pavoisent pas, il y en a tellement qui se rentre le ventre sur le passage d'une jolie femme.
Salut l'ami
Nettoue
Répondre

Je n'ai pas de ventre!


R
Il n'y a pas de hasard...
Je mets la télé sur TV5Monde, et je tombe sur une pub pour une prochaine émission qui traitera de ce sujet, il y sera présenté des talons aiguilles pour les toutes petites filles, et l'animatrice demandait "à quand les couches culottes en string?"
Remarque quand le peuple est focalisé sur son look, il y a moins de risques qu'il s'occupe du reste..
Répondre

Sauf si tu déranges sa permanente ou si tu fais une tache sur son T-shirt griffé!


Présentation

  • : Le Huron, Pangloss et compagnie
  • : Les nouvelles qu'on nous donne, ce qu'on peut en faire et en penser sans laisser passer une occasion de ricaner. Et la vie quotidienne, ses hauts et ses bas. Pas vraiment politiquement correct et rarement consensuel.
  • Contact

Regardons les choses en face:

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.
Ceux qui ont leurs deux yeux sont regardés de travers.

Prudence!

"Si tu risques
de croiser quelqu'un
qui veut faire ton bonheur,
change de trottoir!"
(Henri Jeanson)

Métaphore maritime

Certes, nous sommes embarqués sur le Titanic mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter: en cas de problème on nous transfèrera sur le radeau de la Méduse.

Si vous aimez ça

Copyright? Bof! Si ce que j'écris vous plaît, vous pouvez le recopier. Si vous êtes gentils, vous pourrez dire que j'en suis l'auteur. Sinon, je ne vous ferai pas un procès.